LES PASSIONS DE MICHEL

LES PASSIONS  DE MICHEL

M C et MORVAN

15 ET 16 AVRIL 2002

 

PS qqs pièces figurées sont en vente sur le site

 

Une fois n'est pas coutume, sortie programmée en début de semaine pour trois partants dispos: les éternels phiphi et moi accompagnés d'un jeune nouvellement inscrit au club.

 

2h du matin, direction Clermont Ferrand où Gégé a réservé la nuitée. Pas âme qui vive sur l'autoroute et nous arrivons quand le jour se lève à peine. Phiphi tenait particulièrement à fouiller St Babel à la recherche des fameux sifflets de barytine miel.

Des infos diverses concernant l'interdiction du site ( massacré par certains) ne l'ayant pas découragé, il mène le Boxer tambour battant sur le chemin raviné et stationne le camion à la première carrière; nous poursuivons à pied voir l'état de la deuxième plus riche en cristaux: les bruits étaient bien fondés; la carrière a été complètement remblayée par son propriétaire et un panneau rageur est planté dans les déblais: "propriété privée, défense de creuser", panneau bien inutile car il faudrait déblayer maintenant des tonnes de sable granitique pour atteindre les filons ( encore un gite magnifique détruit par des inconscients!!)

A la bonne époque c'était déjà pas simple !!

 

 

 

Nous rabattons donc sur la première et allongés sur le sol, à l'entrée même, de  minces filonnets d'argile livrent à Phiphi qqs cristaux bien petits mais formés et sans casse.

 

Nous quittons les lieux et remontons vers Sauvagnat pour "faire" la fiche 10S de D Gol. Comme nous l'avons déjà constaté, les itinéraires sont précis et mènent immanquablement aux gites.Nous stationnons le véhicule à l'embranchement du chemin de La Barre et montons en face dans les bois rechercher les chaos rocheux de Cornet . Les bois sont touffus mais par endroits , se trouvent des murets de pierraille composés d'agate rubannée et de calcédoine: ils sont quelquefois très imposants et non travaillables. Nous retrouvons en sommet de crête un filon gigantesque, amas de blocs quartzeux plus ou moins gros qui n'a rien à voir avec ce que nous entendons par filon.

C'est un chaos de roches sur plusieurs centaines de mètres, recouvert de mousse et de feuilles mortes; il ne nous reste plus qu'à soulever les blocs à la recherche de calcédoine et d'améthyste; des traces de passage sont là, "bauges" creusées par de précédents visiteurs laissent voir la couleur améthyste mais pas de géodes où elle cristallise. De mon côté j'ai plutot axé ma recherche vers la calcédoine; elle y est d'une extrême abondance, le tout étant de sélectionner celles qui pourraient donné un résultat à la coupe : certaines offrant un faciès en cocardes très sympa. Aprèsplusieurs heures de recherche , les sacs pleins, nous redescendons, complètement "rompus".

 

 

 

Le lendemain, après une bonne nuit de sommeil, nous décidons de remonter faire une visite à Pégu, site classique pour les améthystes auvergnates; j'y étais passé déjà plusieurs fois lors de mes sorties en solitaire et mes camarades salivaient déjà en pensant aux cristaux encapuchonnés de blanc dont j'avais gardé le souvenir. Etonnement de ma part à l'arrivée, le mince chemin d'autrefois a été élargi pour l'exploitation forestière et une partie de la forêt a été déboisée; mes repères ont disparu et, suivant la voie, je ne retrouve plus le filon principal ( en réalité il se trouve maintenant à qqs mètres seulement du chemin principal comme je m'en rendrai compte dans une future sortie !!)

 

Nous quittons donc les lieux et remontons vers le Morvan pour la fiche 34: Maine Archevau. Si nous connaissions tous la mine de Maine, nous n'avions jamais prolongé le chemin montant vers le bois pour atteindre les travaux décrits sur la fiche; d'ailleurs l'accès qui en est donné ( très précis encore) passe par l'autre coté du bois.

 

 

 

Nous trouvons facilement la 1ère galerie ( stérile) en bordure du chemin et poursuivons pour atteindre un énorme déblai que Phiphi et Stéphane se mettent à prospecter à la recherche de petits échantillons. De mon coté, j'ai pensé à prendre ma frontale car c"est la galerie qui m'intéresse ; elle s'ouvre dans un roncier et se montre plutôt rassurante: noyée d'abord sous 20cm d'eau, elle s"assèche ensuite et est suffisamment large et haute pour qu'on y travaille à l'aise.

 

 

Un large filon fluoré multicolore parcourt le sommet et les épontes sur 70m et se termine par un dépilage protégé par une barrière de bois. Rien que pour l'oeil, c"est féérique sous la lampe; des bougies sont en place tout le long, preuves de visites, et j'appelle Phiphi qui me rejoint. Nous détachons finalement quelques blocs à polir et cherchons les qqs géodes qui pourraient s'ouvrir par endroits: je n'en récolterais qu"une, petite fissure dans un bloc avec des cristaux petits mamelonnés ;

 

Ayant fait ample récolte, noud rebroussons chemin et prenons la route du retour, poussé par le vent, le camion semblait filer sur l'autoroute guidé par "pilotage automatique" car tous ou presque dormaient !

Encore une sortie agréable et vivifiante à rajouter à la liste ; même si les récoltes en cristaux furent maigres , j'ai du travail pour tout l'été ; vivement la prochaine les 8 et 9 mai !!

 

QUELQUES RESULTATS

 



08/10/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 20 autres membres